Question 1: Où vont les fonds de l’UE consacrés au développement en Afrique?

(c) Thomas Schneider

Après 2015, pour compléter les fonds d’aide au développement déjà existants provenant du Fonds Européen de Développement (FED), l’Union Européenne (UE) a mis en place un instrument dit d’urgence de 4 milliards d’euros: le Fonds fiduciaire européen (European Trust Fund, EUTF). Dans le contexte des négociations sur le budget de l’UE (cadre financier pluriannuel, CFP) pour les années 2021 – 2027, de nouveaux fonds d’un montant total de plus de 30 milliards d’euros sont actuellement en cours de négociation. Il est prévu de s’en servir pour doubler les dépenses ayant trait à la gestion des flux migratoires et quadrupler les dépenses pour l’armement des frontières. Ces fonds sont principalement utilisés pour prévenir le plus efficacement possible la migration africaine vers l’Europe en obligeant les gouvernements à coopérer au contrôle des flux migratoires  – par exemple en étendant la gestion des frontières ou en renforçant l’appareil de justice et de sécurité contre les « passeurs ».

L’UE rend les fonds de développement de plus en plus dépendants de la participation à la gestion des migrations. De plus, une partie croissante des fonds est détournée vers les technologies de surveillance et les « affaires de sécurité ». L’argent circule principalement vers des États représentant des plaques tournantes de migration, tels que le Mali, le Niger et le Soudan ; des États avec lesquels l’UE a déjà conclu des accords d’expulsion ou de réadmission de demandeur.euses d’asile ou encore ceux qu’elle considère comme prometteurs par rapport à un tel accord et dont font partie les États très peuplés du Nigeria et de l’Éthiopie. Dès le départ, l’objectif était de mettre en œuvre de tels accords le plus rapidement possible, de satisfaire l’électorat européen avec un nombre élevé d’expulsions et de renforcer les réseaux transnationaux de contrôle des flux migratoires.

Sur ce site, nous montrerons en détail les programmes que l’UE soutient dans les différents pays, dans le seul but de prévenir ou d’inverser les mouvements migratoires.

image_pdfimage_print
Retour en haut